• 05.61.15.15.56
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les participants à l'Université d'hiver de la formation professionnelle à Biarritz ont dressé un bilan de la réforme du 5 mars 2014, en particulier sur le compte personnel de formation. Jean-Patrick Gille intervenait lors de la journée d’ouverture de l'université d’hiver de la formation professionnelle, organisée du 27 au 29 janvier, à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) par le Centre Inffo.

Le député socialiste d’Indre-et-Loire, Jean-Patrick Gille, rapporteur de la loi du 5 mars 2014 regrette la complexité des listes de formations accessibles au CPF.


"Je ne retrouve pas l’esprit de ce à quoi nous pensions."
 

Dans l’ensemble, "les fondamentaux et objectifs de la réforme sont plutôt respectés", estime toutefois le député. Parmi les défis qui restent à relever, figurent la qualité et la modularisation des formations.

Un CPF à dynamiser

Revenant sur le déploiement du CPF (compte personnel de formation), Jean-Patrick Gille souligne que sa montée en charge est "tardive".

"Il faut renforcer le CPF avant de passer au CPA."

 

 

Autre point de satisfaction, les nouvelles instances créées par la loi du 5 mars ont été "rapidement mises en œuvre", par exemple le Cnefop. Il note néanmoins que ce conseil est très axé sur la formation et qu’il va "falloir introduire davantage l’emploi" dans ces travaux.

Acheter des formations CPF en ligne ?

Pour Dominique Jeuffrault (CFE-CFC), il faut "réfléchir sur la monétisation du CPF pour l’achat de formations en ligne". Dans la mesure où le CPF est encore méconnu notamment auprès des salariés tant sur son fonctionnement que sur la prise en main du site : www.moncompteformation.gouv.fr, il semble encore prématuré de déjà pensé à cette évolution.

L’énigme de la formation initiale

Pour sa part, Pierre Burban, secrétaire général de l’UPA, note que "les craintes sur la réforme se sont un peu estompées" au cours de la dernière période, même s’il est "trop tôt pour faire le bilan". Il plaide notamment pour des dispositifs "plus lisibles" : "trop souvent, nous parlons en initiés". 

"La formation professionnelle ne palliera pas les carences de la formation initiale."

 

 

Il ajoute également : « Ceux qui sont les plus éloignés de l’emploi, ceux qui ont connu les échecs de la formation professionnelle initiale, nous aurons du mal à les faire venir à la formation professionnelle continue."  Voir notre article sur les Chèques Langues

 

N'attendez plus pour parler anglais !  Contactez-nous

Once upon a time...

maison_colomiers_english_enterprises

English Enterprises est né de la volonté d'une Galloise (Fay Rees) en 1980 de vouloir transmettre sa passion de la formation en anglais en formant les irréductibles toulousains à la langue de Shakespeare ! Notre premier client historique, Airbus, a permis à notre entreprise de se faire connaître, notamment auprès des métiers de l'aéronautique qui louent les bienfaits de la formation.  

English Enterprises, c'est un environnement "cosy" avec une approche pédagogique atypique, qui fait toujours ses preuves plus de 38 ans après. Aujourd'hui, hautement spécialisé en anglais professionnel, le leitmotiv est resté le même :

"Vous accompagner dans votre performance à communiquer dans une langue étrangère !

Découvrez-nous !

Nos engagements

L'accompagnement et le suivi administratif

Nous vous accompagnons dans le montage et le suivi de votre dossier CPF

Le professionnalisme

Une équipe de formateurs anglophones expérimentés et diplômés TEFL. Un suivi personnalisé de votre formation.

Des formations personnalisées

English Enterprises développe des offres sur mesure calquées au plus près de vos besoins.

Un large choix de cours 

Nous vous offrons la possibilité de choisir différentes formules de cours ; présentiel, distanciel ou un mixte des deux.